signatureHubert-Walter

 

CITATIONS

Citations de Hubert Walter:

L'humanité accumule la connaissance, indéfiniment.

Depuis l'aube de sa manifestation, l'Homme tente, inlassablement, de comprendre la finalité de l’Univers ; et de saisir la raison de ce gigantesque déploiement de matière. Durant des millénaires, des philosophes, des artistes, des chercheurs-explorateurs, des esprits brillants, des scientifiques, des ingénieurs, des bâtisseurs…, issus de toutes les civilisations, ont imaginé et nous ont légué, parmi quelques fantasmes délirants, des cognitions, des méthodes, des savoir-faire… Les épistémès catégoriels et les pierres angulaires de la connaissance universelle sont des tremplins qui éclairent l’humanité et dirigent son évolution. Ils s’inscrivent dans une réactualisation constante de la pensée contemporaine. Des étincelles de savoirs, des flammes vives de connaissances ou d’expériences et des cendres encore chaudes de mystères émergent de l'histoire humaine et de nos héritages. Elles guident nos créations et nos productions contemporaines. Les enseignements, les découvertes, les noèmes et les réalisations tracent des sillages vers des fusions innovantes et promettent de nouvelles fulgurances. De plus en plus de personnes bénéficient d’un parcours éducatif construit et des nombreux leviers médiatiques pour accaparer de informations et pour se cultiver, continuellement. Les lieux historiques mémorables sont promus et sont accessibles à un nombre croissant de visiteurs, grâce au développement des moyens de transport et à l’offre touristique. Nous obtenons davantage de résultats, individuellement et collectivement : lorsque nous œuvrons, avec éthique, aux projets ambitieux ; lorsque nous fédérons et mutualisons nos forces, nos ressources et nos connaissances sous l’égide de centres d’intérêt ; lorsque nous partageons équitablement les richesses ; lorsque nous défendons les libertés individuelles et le respect de tous ; lorsque nous améliorons nos conditions d’existence.L’aspiration au discernement, l’exercice de la modération, l’expérience de la sérénité et du détachement, la circonspection, la quête d’une existence élargie, l’élévation de la conscience et le désir véritable de s’engager sur la voie de la sagesse ne préoccupent qu’une infime minorité de personnes. Par ailleurs, dans les conditions concrètes de l’existence, peu d’entre celles qui sont en recherche et qui aspirent à un comportement vertueux et responsable sont réellement capables de mettre en pratique les préceptes, les théories et les leçons qu’elles ont assimilées. Le savoir seul n’est pas une fin en ce monde, c’est la mise en application par l’action.

La culture, la virtuosité intellectuelle, les apprentissages multilatéraux ne sont que cahotements stériles, si le dessein contenu et poursuivi n’est pas accompli ; et sans la mise en pratique de ce qu’on a appris.

L’humanité doit ses bonds, son évolution et son essor aux véritables curieux et aux révolutionnaires hardis ; à ceux qui ne se soumettent pas aux carcans rigides, aux restrictions pernicieuses et injustes, aux systèmes sclérosés… Ils sont : les lumières éclairantes ; des visionnaires coruscants ; les "empêcheurs de tourner en rond"…

 

*

 

 

Maître et apprenti.

Ne sois pas envieux et frustré de l'avance de celui qui t'a précédé. Cela fait longtemps que je suis sur le chemin ; bien avant ton arrivée. J'ai cherché assidument et j'ai appris. Lorsque tu m'as suivi, je t'ai enseigné comment : porter ton attention ; puiser la substance précieuse de tes découvertes ; raffiner, recueillir et exploiter la quintessence de tes expérimentations… Avisé, tu as assimilé, subtilement. Tu as également su remarquer des choses que je n'avais pas intégrées quand j'étais à cette hauteur.

Tu t'es lancé à la conquête de toi-même. A présent, tu m'enrichis de tes connaissances et de tes expériences. Tu nuances et complètes mes observations et recherches. Nous progressons ensemble dans cette quête de sagesse, jamais accomplie. Sois à l'écoute, ouvre ton cœur et ton esprit ; et trace ton cadre personnel. Tu trouveras de nombreuses sources, dans lesquelles d'autres avant toi ont puisé. Tu saisiras des trésors qui te sont destinés, singulièrement. Tu révéleras des richesses et des chefs d’oeuvres qui se tenaient prêts dans ta sublime profondeur.

*

 

Toutes les réponses sont à la portée de celui qui se pose les questions déterminantes. Les bonnes questions amènent les bonnes objections. Le parcours des personnes diffère par la qualité des questions qu’elles se posent et par l'absence de celles qu’elles omettent de se poser, ou qu'elles dédaignent.

*

Les sentences et les opinions, que nous décrétons et défendons, n’ont pour la plupart qu’une valeur culturelle ou personnelle ; elles pourraient être nuancées ou infirmées, d’une même vigueur.

*

Ce que tu construis de nouveau est provisoire, comme ce que tu abroges aujourd'hui.

*

Ne doutons pas de l'inconstance de nos nouvelles théories ni du pouvoir révolutionnaire des prochaines. Nos positions sont renégociables. Elles évoluent fatalement avec nous. Nous faisons constamment des arbitrages, au gré de nos jaillissements et de nos réformes. Notre existence s’inscrit dans une création continue.

*

C’est en revisitant nos croyances personnelles, et au besoin, en réformant ou en repoussant celles qui ne promeuvent pas la direction choisie, que nous travaillons à notre émancipation matérielle, intellectuelle et spirituelle.

*

La voie de la sagesse.

Les personnes empreintes de sagesse conduisent l’élévation de leur intention et promeuvent les valeurs et les idéaux nobles. Elles construisent l'harmonie en tous lieux et en toute circonstance. Elles peuvent se montrer amènes, accortes et affables ; leur alacrité les rend séduisants et insignes aux yeux des profanes. Elles naviguent, avec délicatesse et maîtrise, sur le flot de leurs aspirations et de leurs passions. Elles saisissent les ouvertures qui se présentent et créent de nouvelles directions. Elles affrontent et transforment les épreuves, les situations impondérables, les contraintes, les restrictions… ; et malgré les saccades, elles expérimentent le détachement. Elles gèrent sereinement et les besoins vitaux de l'existence humaine. Elles observent les cycles. Elles se synchronisent et s’associent avec les forces positives qui régulent le monde. Elles contemplent la croissance inéluctable de la vie. L'amour est la sagesse qui irradie. Les êtres éclairés et accomplis font l'expérience de l'Amour Absolu qui relie tous les êtres, et toute chose manifestée. Ils sustentent leur soif d'amour et répandent leur amour, la bonté et la mansuétude dans leur entourage. La sagesse est l’espérance née du sacrifice de l’intelligence. Le sage hiérarchise et organise sa réflexion avec sincérité et application. Il se méfie d'une pensée superficielle, automatisée et mal préparée. L'absence de conviction et de certitudes, dans son raisonnement, démontre sa maîtrise intellectuelle. Il se détache des divisions et des notions antonymiques. Il sait que les convergences, les nuances, les paradoxes et l’altérité sont indissociables ; que les contraires peuvent être complémentaires ; que partout des collaborations et des oppositions s'installent ; qu'aucune chose n’existe sans l’action de toutes les forces qui la conditionnent. Il s’abstrait et entretient sa propension à la quête de l’érudition. Il conduit l’élévation de ses centres d’intérêt. Il s’adonne à l’étude de la philosophie et aux inductions anagogiques et il cultive sa dilection spirituelle. Lorsqu’il s’engage dans un débat, il ne dévalorise pas les thèses alternatives et ne cherche pas à convaincre. Il s’abstient de trancher, et propose compendieusement les nuances de son raisonnement. Sa compréhension des choses le porte aussi loin que le permettent les dispositions humaines. Le sage n’exige rien des autres. Il n'intercède pas dans l’existence d’autrui. Il ne manœuvre pas stratégiquement pour lui-même et ne plaide pas publiquement pour son avantage, lorsque cela impliquerait d’instiguer un préjudice ou une nuisance à quiconque. Lorsqu'il est confronté aux impatiences ou aux virulences d’autres personnes, sa longanimité et son équanimité lui permettent de demeurer modéré. Une personne engagée dans la voie de la sagesse ressent la joie d’exister. Elle connaît la sérénité, la quiétude, une plénitude, une félicité et une béatitude, que tous lui envient ; et qui est réservée aux vrais épicuriens, aux véritables philosophes et aux grands esprits. Le sage perçoit la subtilité dans tout ce qu’il appréhende. Il voit la splendeur eidétique et cachée, et reconnaît la beauté extatique des choses pénétrantes, voire insaisissables. Il observe l'état caractérisé de chaque plan. Il reconnaît le schéma de l'Unité dans la Diversité, et inversement. Il se projette au-delà de sa vie humaine et pressent sa Condition Divine et son lien avec cet Ensemble, qu'il contribue à former. Il instruit progressivement la conquête du Soi et se relie à l'Essence et à la Dimension Supérieure de son Etre Véritable. Il envisage la Conscience Universelle et les Forces Divines qui œuvrent à la Manifestation Généralisée (non matérielle et matérielle). Quel que soit ton avancement dans la quête de sagesse, tu ne peux arriver à destination ; le chemin est sans fin.

*

 

Quels que soient la qualité et le degré d’intimité établis dans une relation, les critères qui déterminent et qui consolident notre évaluation ou notre jugement sont carencés par le filtre de nos tendances et par nos décrets, nos convictions et nos certitudes stériles.

*

Observe les personnes que tu côtoies, alors qu’ils parlent ou qu’ils agissent avec autrui, cela te permettra de constater leur éthique, leurs valeurs, leur seuil de tolérance et leur point de rupture. Ce qu’ils produisent au sein de leur cercle relationnel pourrait bien s’appliquer à ton égard.

*

Si on veut témoigner de l’attention à une personne, et si on attache de la valeur à sa réponse, il faut exclure toute expectation personnelle dans la formulation des questions.

*

Il ne suffit pas que la parole soit juste pour que la communication soit assurée. Il arrive que les meilleures intentions soient mal interprétées. Avant de parler, il faut objectiver les arguments et le fond ; et anticiper la manière dont le message pourrait être reçu, en soignant la forme.

*

Si vous sentez que vous réunissez, dans un domaine de prédilection, des qualités et des compétences plus vastes que vos interlocuteurs, ne cherchez pas à triompher d'eux ; car vous risquez de les peiner et de les dévaloriser.

*

La souffrance morale, l’oppression ou la blessure intérieure engendrée par une situation conflictuelle, vient du fait que le sujet, victime d'une agression, s'identifie à l'idée proférée, et qu’il s’insère malencontreusement dans le contexte qui s’abat sur lui.

*

Contraindre les autres et régner par la menace et par la peur ; ériger des restrictions ; imposer une manière de penser ; instiguer et exiger une posture, une attitude ou un comportement ; proférer ou asséner des paroles irrespectueuses, insidieuses et injurieuses engendrent l’affliction, l’amertume et des ressentiments négatifs pour toutes les parties.

*

Explore la parcelle de beauté supérieure qui est présente, d'une manière remarquable, en tout être. La beauté peut être coruscante, éclatante, voire insolente ; et parfois, elle est dans la profondeur et le mystère.

*

 

La colère.

Lorsqu’on se met en colère, on se disloque et on s’emporte avec soi dans l’égarement.

*

 

La vanité et la fierté.

Tandis que le vaniteux est en quête d'estime visant l'approbation de l'extérieur pour voiler ses doutes et sa fragilité, le fier étale sa suffisance révélant une surestimation insolente et ridicule.

*

 

La main qui caresse et la main qui tient le bâton.

Lorsqu'une personne nous gratifie avec emphase de ses compliments, de son estime et d’une reconnaissance ; et qu’en d’autres circonstances, elle nous affuble avec aplomb de ses critiques, de sa déconsidération, de ses admonestations et de ses restrictions ; il convient de considérer impassiblementtoutes ces marques.

*

 

La dépendance à autrui et l’amoindrissement de soi.

En assumant de manière récurrente une dépendance matérielle ou psychologique à l’égard d’autrui ; en démontrant une résignation ou une pusillanimité, par opportunisme, par convoitise, par appât du gain, par avarice… ; et parfois, en consentant à subir une manipulation affective ou une offense ; on diminue la confiance en soi ; et vaincu, on relâche des bribes de son pouvoir d’accomplissement.

*

 

Egalité entre les Hommes.

L’Origine Divine Primordiale confère à chaque être humain un statut absolu, intrinsèquement identique, égalitaire et unifié. Aucune catégorisation humaine ne devrait être érigée, ni par convenance ni par la force.

*

Je ne reconnais aucun critère qui induirait un surclassement, une supériorité, une prééminence ; qui entérinerait une suprématie ou un ascendant, quel qu'il soit, d'une personne à l’égard d’une autre. Indifféremment de leur rang social, de leur origine familiale, de leur brillance intellectuelle et de leur savoir-faire; et, quelle que soit la valeur ajoutée de leurs actions, de leurs professions, de leurs ressources matérielles, de leur assurance ou de leur dévouement, tous les Hommes sont égaux, nonobstant ce qu'ils atteignent et concrétisent dans leur existence terrestre.

*

 

L’éducation des enfants.

Durant les difficultés, qui parsèment l’instruction et l’éducation, en tant que parent, il faut se remémorer le formidable moment de bonheur, de complicité et d'intense émotion qu'a engendré l'arrivée de l'enfant.

*

Parents, soyez en toute circonstance, comme un phare lointain et rassurant, qui leur permet de retrouver le port heureux qui abrite leur existence, réussie.

*

 

Amitié.

L’ami véritable vise la sécurité et le bonheur de son complice. Il est un recours, un confident et un secours. Sa position privilégiée, due à son degré d’intimité, lui ouvre plus de champs. Il ressent mieux que quiconque toutes les implications. Quand une adversité ou une épreuve pointent vers son protégé, il sait comment actionner les divers leviers ; et il met tout en œuvre pour tenter d’annihiler les impacts négatifs, plutôt que de se faire valoir pour ses admonitions, ses analyses, ses théories, ses arguments et ses prédictions, alors qu'il aurait laissé les enchaînements suivre leur cours.

*

 

La conversation entre amis.

Lorsque des personnes intimes sont réunies, les échanges de points de vue s’appuient avec plus de véhémence; et le plus souvent dans un joyeux désordre. Des successions d’affirmations, contextuelles ou non, fusent de toute part. Les amis se fréquentent assidument et s’estiment mutuellement. Ils partagent leurs expériences et leurs émotions. Les différences et les divergences, qu’ils ont apprivoisées et qu’ils constatent avec récurrence, ne les dissuadent pas de se fréquenter. En général, ils évitent les confrontations blessantes et violentes. Ils se reconnaissent et s’acceptent.

*

 

La loi du retour.

Tout ce qui émane de toi, tout ce que tu donnes, tout ce que tu dispenses et propages, te revient d’une force similaire par l’effet de la "loi du retour" ; directement ou indirectement, immédiatement ou en différé, dans un contexte similaire ou sous d’autres conditions, dans une situation analogue ou différente, par le biais des personnes concernées ou étrangères aux événements…

*

 

Les activités créatives et intellectuelles.

Les activités créatives et intellectuelles n’ont point de limites. Elles tracent des sillons mystérieux dans les étendues du savoir. Elles libèrent l'imagination des carcans du conditionnement et de l'éducation. Elles dressent l’inconnaissable dans sa splendeur. Toute compréhension est une fenêtre partiellement ouverte sur des univers emplis de finesses, de nuances, de sensations indéterminables et savoureuses. Les disciplines intellectuelles, artistiques et passionnelles ouvrent les espaces de la félicité et déverrouillent les accès vers la spiritualité. Profanes et initiés sont conviés à faire l'expérience de l'amour, de la beauté, de la joie et du plaisir réunis ; et ils sont transportés vers l’acmé de leur dimension subtile, jusqu'à l'éblouissement et l'extase.

*

La musique résulte d’une progression narrative, constituée par une succession de sons choisis. Elle s’organise et se ponctue suivant un battement, d’un temps relatif, qui est ajusté à la mesure de l’effet et de l’entrain désirés. La couleur sonore et la vibration originale d’une musique décernent et confèrent l’unicité à chaque œuvre.

*

Les artistes puisent leurs plus belles œuvres dans le flux constant de leur nature poétique ; depuis leur profondeur intense, et parfois dans les couches controversées de leur mental ravagé.

*

L’artiste est l’alchimiste de la métamorphose de l’information vers l’émotion, qu’il extirpe dans sa pureté ; et qu’il signifie dans ses réalisations. Grâce à son génie créatif, sublime, et à sa maîtrise technique, il module et embellit ses projections. Il rend visible ce qui est caché, en donnant une forme aux mystères.

*

Le poète regarde, écoute, touche, sent, goûte, mange, respire, ressent, embrasse, recueille, délivre, transmet... le monde avec son cœur et avec son esprit. La beauté, les savoirs, les pulsions, les désirs, les tourments... sont autant de réalités à transfigurer.

*

 

La mine intérieure.

Entre dans ta mine intérieure avec audace et concentration, et extrais les minéraux précieux. Eprouver la félicité ; sonder les mondes bondés de richesses personnelles ; extraire les substances précieuses des minerais présents ; distiller l’essence subtile ; articuler une expression inspirée ; ressentir l’intensité des envolées paroxysmiques...

*

 

Esprit brillant.

Un Homme éclairé est davantage critiqué. L'approbation des masses va aux personnes qui leur ressemblent. L'admiration des foules va aux icônes médiatisées qu’elles sacralisent, et sur lesquelles elles fabulent et auxquelles elles tentent de se comparer. Les esprits brillants instruisent les mouvements importants et les mouvances culturelles et technologiques, tandis que les autres adhèrent aux flux majoritaires, se précipitent dans les courants dominants et se rendent trop facilement dépendants des moindres soubresauts futiles et médiatisés. Une banalité généralisée et superficielle fédère les communautés consuméristes et rassure sa cohorte de suiveurs. Les personnes prosaïques redoutent le vide (et le plein) qui les sépare des grands esprits. Cet écart attise leur jugement, car ils se savent exclus par ceux qui sélectionnent plus durement leurs accointances. Les personnes en recherche de perfectionnement et de savoir-faire, et les visionnaires, utilisent leurs facultés d'analyse, de dialectique et de raisonnement, et distillent finement l’essence des choses. Elles entreprennent des investigations et poursuivent leur propre réforme avec sincérité et application. Pourtant, elles échouent souvent dans leurs entreprises concrètes, ou économiques ; malgré leurs capacités aiguisées, leur maîtrise psychique, leur intuition exacerbée ; car elles hasardent beaucoup, et leur esprit de synthèse développé leur fait négliger les détails. En avance sur leur temps, leurs projets et leurs quêtes se trouvent à de trop grandes distances de la réalité sociétale. Toutefois, elles savent se mettre à la hauteur requise, pour s'inscrire, occasionnellement et temporairement, dans les flux courants et lorsqu’ils décident de s’inscrire dans des situations spécifiques, quand les conditions et les circonstances particulières ou un contexte donné ou une urgence l’exigent et les y invitent avec insistance, pour séduire un auditoire dont elles se sentent pourtant éloignées par leurs valeurs et par leurs passions… Cependant, leur ambition ne peut s’accommoder aux attachements basiques et aux besoins primaires, c’est pourquoi elles sont rebutées et elles s’interdisent : les obsessions vénales, la cupidité, les intrigues, les roublardises, les manipulations, les circonventions, les subterfuges, la vulgarité, l'autoritarisme, l'exploitation d’autrui, la maltraitance...

Les esprits brillants ajoutent, inlassablement, des briques à l'édifice des acquis partagés. Ils scellent les pierres angulaires qui propulsent des théories et qui ouvrent des perspectives inédites et inouïes.

*

 

Héritage familial.

Revisiter le gisement familial, avec indulgence et bienveillance. Dénouer les ancrages psychologiques bénéfiques ou étriqués. Analyser les chemins parcourus. Relativiser les idéologies, les freins et les entraves vaincues ou subies. Déchiffrer les données économiques et leurs conséquences matérielles. Comprendre les marqueurs éducatifs et culturels à conserver ou à défaire. S’affranchir des influences inadéquates… Entreprendre sa réforme et tracer son chemin.

*

 

La maturité de notre société.

Une société qui réagit et qui se réforme au gré de l'actualité et des faits divers, qui oublie ou qui occulte, à dessein de garantir les libertés individuelles, livre la preuve de son égarement et de son amoralité. On exécute des verdicts hâtifs, contradictoires, bâclés, inégaux et mal motivés. On maltraite les personnes fragilisées et défavorisées. Tandis qu’on accorde des dérogations, des minorations de sanctions et des traitements de faveur à une frange de nantis. Notre société matérialiste et arbitraire modifie constamment ses fondements, ses valeurs, ses coutumes, ses normes, ses lois, ses conventions et ses prescriptions, car elle s’appuie sur des objets, des réalisations, des inventions, des mouvements et des tendances qui évoluent constamment, et qui ont une durée précaire ; et elle est guidée et gouvernée par les personnalités instables, influençables et impressionnables, lesquelles subissent maintes pressions. Si, individuellement et collectivement : nous reconnaissions la subjectivité de nos opinions ; nous étions conscients de la fébrilité de nos formulations ; nous nous débarrassions de nos pensées dogmatiques, de nos croyances polluantes, de nos doctrines simplificatrices, de nos prédications stériles et de nos certitudes ; nous doutions plus souvent de nos convictions ; nous refusions les petits et les grands arrangements illicites et les manipulations nocives ; nous nous montrions plus compréhensifs, plus indulgents et plus compatissants les uns envers les autres ; nous adoptions et pratiquions des valeurs vertueuses ; nous agissions avec éthique, sans faiblir, lorsque nos intentions nobles sont contrées et menacées ; nous avions plus d’égards envers les animaux, les végétaux, toute vie et tout objet ; nos actions s'inscrivaient de manière plus harmonieuse dans les contextes dédiés… nous pourrions construire davantage d'équité et d'harmonie entre les Hommes, et dans ce monde.

L'immaturité intellectuelle et morale, qui reflète le profil de nombreux dirigeants et responsables, pénalise les enjeux communautaires et constitue un frein majeur à une évolution sociétale plus ambitieuse.

*

 

Les cycles de la vie.

Lorsque nous nous plaçons en dehors des courants et des cycles de la vie, nous nous exposons aux difficultés et aux frustrations. La synchronicité et la concomitance apportent une part contributive aux actions que nous mettons nous-mêmes en œuvre, lorsque nous nous inscrivons dans le flux des forces manifestées.

*

Mésestimer les imbrications qui accompagnent l’émanation et l’articulation naturelle de la vie, renier et négliger les cycles internes qui régulent le corps, engendrent l’instabilité, le dérèglement et des calamités pour tous.

*

 

La "surqualité", c'est de la sous-qualité.

Lorsque l'engagement personnel est déraisonnable et qu'on finit par s’égarer, et par rompre son propre équilibre ; qu’on s’engage dans l’inspection assidue d’une multitude de détails, parfois jusqu'au néant, on n'obtient plus rien. A vouloir trop en faire et trop contrôler, on fait moins bien. On dissout l'ambition initiale. On exerce une distorsion dans l’écoulement du parcours instruit. On amenuise les caractéristiques induites. On délaisse des qualités et on se prive des capacités. On neutralise la portée des effets convergents... Et tout s'effondre sous le joug de l’obsession pointilliste.

*

 

Pour réussir dans tes entreprises, revisite objectivement ton passé, imagine le futur que tu ambitionnes et inscris ton intention et tes actions dans le flux des instants successifs d’un présent dont l’écoulement est inéluctable. Toute mise en œuvre doit être congruenteet opérante dans toutes les dimensions du temps.

*

Il est impensable d’avoir le contrôle sur tout ce qui nous arrive ; et, nous n'occupons qu'une seule place sur l'échiquier du monde ; toutefois, nous pouvons : nous efforcer de maîtriser ce que nous faisons dans notre partie ; tenter d’exercer un pouvoir sur ce qui dépend de nous ; relativiser et nous désolidariser des enjeux et des événements qui ne relèvent pas, exclusivement, de notre pouvoir d’action.

*

Quand tu te fixes un but, et que tu as des chances de l’atteindre, investis tous les efforts et vise le plus haut possible. Si ton implication est trop mesurée, tu n’accéderas pas aux ouvertures nécessaires au déclenchement des facteurs bénéfiques.

*

Les erreurs et les échecs sont des tremplins qui te permettent de formuler et de forger tes choix, et de te renforcer. Aucune défaite ne doit anéantir tes acquis ni l'ascendant psychologique que tu as construit, quelles que puissent être les rédhibitions et les circonstances.

*

Le décret d’une absence de confiance ou de crédit en ses ressources conduit vers une véritable dévastation psychique et physique. C'est une désolation et une capitulation, parfois définitive. On s’assigne une déficience et une condamnation violente.

*

Nous ne sommes pas de simples récepteurs d’effets. Grâce aux fonctions systémiques de ton mental et à la représentation introspective de ta pensée, tu sais concevoir et modéliser ce qu’engendrerait l’une ou l’autre manière d’être et d’agir. Nous pouvons opter pour une autre direction et nous conduire vers un autre déterminisme.

*

Le barreur d’un navire doit constamment corriger la trajectoire, afin de conserver le cap. Par touches successives, il ajuste et conjugue les directions et les forces, mêmes contraires.

*

 

Souhaiter une chose, ce n’est pas la réaliser.

Les choses que l’on se contente de souhaiter n’adviennent que très rarement.

Persister dans la supplication ne convertit pas une attirance ni une spéculation en réalité. Souhaiter, c’est déjà se résigner à demeurer dans l’incantation.

*

Je ne souhaite ni ne quémande ce que je cherche à obtenir et à recevoir. Je m’engage dans une démarche conquérante et dans la vision de son accomplissement.

*

 

Ce que tu penses, tu peux le formuler et le créer ; puis tu le deviens.

Ce que tu deviens, tu l’exprimes.

Ce que tu exprimes, tu l’expérimentes.

*

 

C’est par la portée réelle de ton intention et par l’expérimentation de tes créations que tu prends le contrôle de ta vie.

*

Tu peux décider, maintenant, d’être bon, pondéré, compatissant, compréhensif, munificent et aimant envers tous les êtres que tu côtoies ; et investir tes intentions nobles dans toutes tes productions. Manifeste-le, et tu le seras.

*

 

Si une chose ou une activité est : ni enrichissante, intellectuellement ou matériellement ; ni élevée, spirituellement ; ni amusante ou distrayante ; ni bienfaisante, ou plaisante ; il n’y a aucune raison d’y consumer un temps précieux.

*

Il est probable que les Hommes aspirent à conquérir et à satisfaire les mêmes objectifs essentiels dans leur existence ; malgré une formulation respective et une approche personnelle ; suivant les contraintes et l’optimisation des conditions de vie et les capacités effectives.

*

Chaque Homme se tient devant le puits de l’amour et cherche à y puiser, de l’attention et de la considération, de la bienveillance, de l’affection, de la tendresse, du partage, de la complicité, du contentement, une plénitude...

*

Le désir est hors du temps. Il souffre, violemment, du moindre retard ; et il cède difficilement, même lorsque nous nous confrontons aux contraintes de l’existence.

*

Méfions-nous du tumulte des désirs incessants que nous entretenons. Le nombre d'occasions de ressentir la joie et le contentement se mesure au nombre de désirs comblés et nullement au nombre de désirs suscités.

*

On s’adoucit par le cheminement de l’existence, grâce à l'allongement compensatoire et au pouvoir modérateur du temps, qui permet de consigner les leçons de la vie.

*

 

L’Etre et l' "étant".

L'Etre est plus ample et plus mystérieux que l’ "étant". L’ "étance" que nous appréhendons sur les choses que nous manipulons, et l’ "étance" que nous conjecturons à propos des êtres que nous côtoyons ne révèle qu’une infime partie de l’étendue véritable de leur Être et de leur origine.

L’ "étance" du Moi, ne réfère pas à la véridicité du Soi.

*

 

Il faut s’assurer, préalablement, d’avoir bien assimilé l’acception d’un sentiment, et par extension d’un sous-sentiment, si on désire forger ses attitudes et ses réalisations sous sa guidance et promouvoir ses principes.

*

 

Lorsqu'on ne parvient pas à se détacher d'une douleur insidieuse ou d'une obsession pénalisante, on vit dans l'insécurité, dans la contrariété et dans l’abaissement de soi.

*

Tuer dans l'oeuf une souffrance en puissance, avant de conformer notre expression, nos réactions et nos productions à nos critères réformés.

*

 

Un mot ou une phrase tracée sur un support ne représente qu’une tache, ou au mieux une figure esthétique, pour celui qui n'en comprend pas le sens ; alors qu’ils recèlent la puissance d'un concept, d’une construction, d’une révolution...

*

 

La vieillesse s’approprie toutes sortes de départs. On ne vieillit pas d’un seul trait ni dans tous les domaines. Il y a des acquis auxquels on peut s’accrocher et des ressources qu’on peut entretenir, voire amplifier.

* *

 

 

 

© Protection - droits d'auteur – propriété intellectuelle
Le contenu rédactionnel présenté ci-après est protégé. Tous les droits sont réservés (traduction, adaptation...). La reproduction, même partielle, est interdite. Toute contrefaçon, reproduction ou représentation intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit est illicite, par quelque procédé que ce soit.

Citations, littérature et extraits d'essais philosophiques de Hubert Walter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de navigation, et pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux.